Valérie Amireault, Université du Québec à Montréal

Identity (re)definition in language teaching/learning This communication covers the construction of language and cultural identity in second-language teaching/learning. Language teaching is a privileged environment in terms of providing opportunities to get to know the Other and the Other’s language and culture better, and, in parallel, encourage learners’ critical thinking about their own identity. In a diverse context, such critical thinking may lead to identity redefinition, particularly for learners who have diverse cultural backgrounds or have recently arrived in Quebec. We present the highlights of two empirical studies on the identity of immigrants with different origins who are learning French in Montreal. These studies aim to examine the various elements that characterize these learners’ identity definition as well as their sense of belonging and/or alienation regarding the French language.

La (re)définition identitaire en enseignement/apprentissage des langues Cette communication traite de la construction de l’identité linguistique et culturelle en enseignement/apprentissage des langues secondes. L’enseignement des langues représente un milieu privilégié pour fournir des opportunités pour mieux connaître l’Autre, sa langue et sa culture, et également, en parallèle, pour favoriser la réflexion critique des apprenants concernant leur propre identité. Dans un contexte de diversité, une telle réflexion est susceptible de mener à une redéfinition identitaire, particulièrement pour les apprenants issus de cultures diverses ou récemment arrivés au Québec. Nous présentons ainsi les faits saillants de deux études empiriques portant sur l’identité d’immigrants de diverses origines apprenant le français à Montréal. Ces études visent à examiner les différents éléments qui caractérisent la définition de l’identité de ces apprenants et leur sentiment d’appartenance et/ou d’étrangeté en lien avec la langue française.

Leila Bdeir, Vanier College / Cégep Vanier

Teaching about Feminism and Anti-Racism: Can a Racialized Muslim Teacher Speak? Teaching about the ideas that shape society’s views on women meets some resistance from students at first. However, drawing parallels between these general ideas and their lives more specifically is very helpful in drawing them in for more careful consideration. This is also the case when talking about race, especially for racialized students in the class. This is not to say that teaching about sexism and racism is not challenging. It is in many ways, especially, I think, because I am myself a racialized woman proposing ideas that subvert much of the conventional wisdom students have come to accept about so-called minorities, in general, and racialized women, in particular. Nowhere is this more apparent than in discussions about Muslim populations, specifically Muslim women and Islamic feminism. I hope to explore in more depth some of the challenges involved in teaching these topics and consider some strategies for a meaningful impact.

Enseignement du féminisme et de l’antiracisme : une enseignante musulmane racialisée peut-elle se prononcer? L’enseignement des idées qui façonnent les opinions sur les femmes dans la société se heurte d’abord à une certaine résistance chez les étudiants. Cependant, lorsque l’enseignante leur présente les liens entre ces idées générales et leur propre vie, ceux-ci se montrent prêts à examiner le sujet de plus près. Le même principe s’applique aux discussions portant sur la race, en particulier dans le cas des étudiants racialisés. Cela dit, il n’est pas toujours facile d’aborder le sexisme et le racisme en classe. À mon avis, c’est avant tout parce que, en tant que femme racialisée, je propose des idées qui bouleversent en grande partie les opinions conventionnelles que les étudiants en sont venus à accepter les prétendues minorités, en général, et plus précisément les femmes racialisées. Les discussions axées sur les populations musulmanes, surtout les femmes musulmanes et le féminisme islamique, en constituent l’exemple le plus flagrant. Je compte explorer en profondeur certains défis liés à l’enseignement de ces sujets et envisager quelques stratégies visant à créer une incidence significative.

Megan Boler, University of Toronto / Université de Toronto

Embracing Uncertainty: Pedagogies of Discomfort and Identities of Belonging How and when can educators challenge the profound emotional investments in dominant cultural beliefs, values, and habits, when engaged in social justice education? Educators seeking to transform oppressive socio-political ideologies and relations often encounter vehement resistance to change. However, radical educational theories and praxis that aims to challenge habituated thoughts and actions, rarely address the affective dimensions of resistance and attachment that perpetuate social inequities. This talk highlights “pedagogy of discomfort” as a call to action that invites educators and students to interrogate the emotional as well as cognitive dimensions of internalized dominant cultural identities, assumptions and beliefs. Highlighting the promises and challenges of a pedagogy of discomfort, this keynote illustrates diverse approaches for engaging emotional terrains of transformative learning. The presentation showcases diverse learning practices (such as engaging current events, social media platforms) to catalyze the difficult dialogues necessary for personal and political change.

Embrasser l’incertitude : pédagogies d’inconfort et identités d’appartenance Comment et quand les éducateurs peuvent-ils remettre en cause l’investissement émotionnel profond dans les croyances, les valeurs et les habitudes culturelles dominantes, dans le cadre d’une sensibilisation à la justice sociale? Les éducateurs qui cherchent à transformer les idéologies et les relations sociopolitiques oppressives se butent souvent à une résistance vigoureuse au changement. Cependant, les théories éducatives radicales et la pratique qui vise à remettre en question les pensées et les gestes accoutumés tiennent rarement compte des dimensions affectives de la résistance et de l’attachement qui perpétuent l’injustice sociale. Cette présentation souligne la « pédagogie d’inconfort » à titre d’appel à l’action qui invite les enseignants et les étudiants à interroger les dimensions émotionnelles et cognitives des identités, les suppositions et les croyances culturelles dominantes intériorisées. Mettant l’accent sur les promesses et les défis de la pédagogie d’inconfort, la conférencière illustre les diverses approches pour s’aventurer dans le domaine émotionnel de l’apprentissage transformatoire. L’exposé présente différentes pratiques d’apprentissage (comme les événements actuels mobilisateurs et les plateformes des médias sociaux) pour provoquer les dialogues difficiles qui s’imposent pour qu’un changement personnel et politique s’opère.

Orenda Boucher, Dawson College / Cégep Dawson

Diversifying and Decolonizing Language in the Classroom With existing post-secondary statistics pointing to a significant gap in student success rates between Indigenous and non-Indigenous students, it’s crucial that CEGEPs begin looking at the various ways we can make improvements. This talk will look at some of the major issues affecting student success, in particular the barriers around language acquisition and language of function in many Indigenous communities, and how institutions of higher learning can further support economic development in remote communities by supporting language revitalization and resurgence programs.

Diversification et décolonisation de la langue en classe Compte tenu des statistiques de l’enseignement postsecondaire qui révèlent un écart considérable dans les taux de réussite entre les étudiants autochtones et non autochtones, il est crucial que les cégeps commencent à explorer les différents moyens pour améliorer la situation. Cet exposé se penchera sur certains enjeux importants qui compromettent la réussite des étudiants, en particulier sur les obstacles à l’acquisition d’une langue et au maintien de la langue d’usage dans de nombreuses communautés autochtones ainsi que sur le soutien supplémentaire que les établissements d’enseignement supérieur peuvent offrir au développement économique dans les communautés éloignées en appuyant les programmes de revitalisation et de reprise de la langue.

Paul R. Carr, Université du Québec en Outaouais

Political (Il)literacy and Living in a Society: Is there room for a Critically-Engaged Education for Democracy? This presentation is interested in how education affects, supports, cultivates, and contributes to building transformative, politically literate, socially-just, and critically-engaged citizens with a pluralistic society. Based on a decade-long research project entitled Democracy, Political Literacy and Transformative Education (a complementary project entitled the Global doing Democracy Research Project also contributes to the research), this presentation will present findings, conceptual and theoretical models, and proposals for a more vibrant education for democracy. An underlying thread will be how more pertinent forms of engagement, pedagogy, curriculum, educational policy, leadership and a critical interrogation of epistemology might have a positive effect to diminish the potential for disengagement, marginalization, and indifference. This thicker form of education for democracy can assist in developing what Freire termed as “conscientization” as well as emancipation.

Alphabétisation politique et vie dans la société : une place pour une éducation qui s’engage de façon critique au nom de la démocratie? Cette présentation se penche sur le rôle de l’enseignement pour influencer, soutenir et cultiver les citoyens dans le but de développer une conscience de la transformation, de la politique et de la justice sociale ainsi qu’une mobilisation critique dans une société multiculturelle. Fondé sur le projet de recherche Démocratie, alphabétisation politique et éducation transformatoire, étalé sur une dizaine d’années (avec un projet de recherche complémentaire intitulé Global Doing Democracy), l’exposé présente les résultats, les modèles conceptuels et théoriques ainsi que des propositions visant une éducation plus dynamique au nom de la démocratie. Le fil conducteur correspond aux façons dont des formes plus pertinentes d’engagement, de pédagogie, de curriculum, de politiques éducatives et de leadership ainsi qu’une interrogation critique de l’épistémologie pourraient contribuer à la diminution de la probabilité du désengagement, de la marginalisation et de l’indifférence. Ce mode éducatif plus dense qui favorise la démocratie peut influer sur les progrès de la « conscientisation » (selon Freire) et de l’émancipation.

Giuliana Cucinelli, Concordia University / Université Concordia

Including Disabilities in the Conversation The Community and Differential Mobilities cluster is a hub for research-creation work concerned with questions of social justice and accessibility for students, faculty, and beyond. The members of this cluster are active producers of different dynamic and participatory media with a shared interest in the visible and invisible webs that enable/restrict different bodies in terms of space, social class, citizenship, etc. Technologies caught up in these questions of “differential” mobility (including smartphones and other mobile media devices) are of central concern to the group in terms of both the new production platforms they offer as well as the multiple forms of constant connectivity in which they are embedded. Lastly, the cluster provides an accessible institutional home for the Critical Disability Studies Working Group at Concordia. This workshop provides an overview of how new technologies can enhance the sense of inclusion in the classroom for differently-abled students and educators.

Intégrer les handicaps dans la conversation  Le groupe de recherche sur les communautés et les mobilités différentielles représente un carrefour de recherche et de création centré sur les questions de justice sociale et d’accessibilité pour les étudiants, la faculté et les personnes extérieures. Les membres de ce groupe contribuent activement à la production de divers médias dynamiques et participatifs, et partagent un intérêt pour les toiles visibles et invisibles qui habilitent et limitent différents groupes sur le plan de l’espace, de la classe sociale, de la citoyenneté, etc. Les technologies prises dans ces questions de mobilité « différentielle » (notamment les téléphones intelligents et les autres appareils mobiles) constituent une préoccupation centrale du groupe en ce qui a trait aux nouvelles plateformes de production qu’elles proposent et aux multiples formes de connectivité intégrée constante. Enfin, le groupe de recherche offre un siège accessible au groupe de travail sur les études critiques du handicap de Concordia. Cet atelier donne un aperçu des façons dont les nouvelles technologies peuvent améliorer le sentiment d’inclusion en classe chez les étudiants et les éducateurs handi-capables.

Robyn Diner, Vanier College / Cégep Vanier

Yo (White) Teacher Lady!: Diversity, Decentering, and Making Whiteness Strange This presentation will consider the premises, promises and limitations of commonplace understandings regarding diversity by fleshing out theories and personal anecdotes rooted in my feminist pedagogy and my self-presentation of whiteness in multicultural classrooms. As I do so, I will reflect on how the privilege granted to white women who wish to unpack and trouble whiteness is often similar to that of men doing feminism. Yet, I will argue that, if done with ongoing self-awareness, both are crucial to social justice projects. Thus, overall, I will stress how practices around highlighting whiteness as a strange identity category — rather than the invisible North American norm — along with strategies rooted in decolonizing the feminist classroom may be essential to creating truly diverse learning spaces informed by a politics of the teacher’s location.

Yo, enseignante (blanche)! : diversité, décentrage et race blanche perçue comme étrange Dans cette présentation, j’aborderai les prémisses, les promesses et les limites des perceptions courantes de la diversité en développant des théories et des anecdotes personnelles découlant de ma pédagogie féministe et de mon autoprésentation en tant que personne de race blanche dans les classes multiculturelles. Ainsi, je réfléchirai à la ressemblance entre le privilège accordé aux femmes blanches qui cherchent à disséquer et à embrouiller l’appartenance à la race blanche et celui des hommes adeptes du féminisme. Néanmoins, je soutiendrai que, s’ils sont systématiquement mis en œuvre en toute conscience de soi, les deux aspects sont cruciaux dans les projets de justice sociale. Par conséquent, j’expliquerai globalement comment les pratiques visant à souligner l’appartenance à la race blanche à titre de catégorie identitaire étrange – plutôt que la norme nord-américaine invisible – ainsi que les stratégies enracinées dans la décolonisation des cours féministes peuvent s’avérer essentielles dans la création d’espaces d’apprentissage véritablement diversifiés et fondés sur la politique de l’emplacement de l’enseignant.

Hélène Frohard-Dourlent, University of British Columbia / Université de Colombie-Britannique

Moving Beyond Accommodation: Lessons Learned from Educators Working with Trans and Gender-Nonconforming Students Currently, schools often resorts to an accommodation model when working with transgender (or trans) students. Accommodation focuses on providing educators with logistical tools to address issues that arise when trans students demand recognition. It is a necessary and important step for educators who must often work to support transgender students in a cultural and institutional context that offers little systematic support. However, this approach rarely offers opportunities to think about why trans students are systematically marginalized/excluded in school spaces in the first place and as such, it rarely creates the kind of sustainable change that would make schools more inclusive of gender diversity. Drawing on interviews from my dissertation as well as examples from my activist work in the Vancouver School Board, I offer some examples of what it can look like to question the way that schools are organized by cisnormative modes of thinking and doing, and to put this kind of change into practice.

Au-delà de l’adaptation: Réflexion sur le travail des personnels éducatifs avec des élèves transgenres et non-conformes dans l’expression de genre Actuellement, les écoles ont souvent tendance à avoir recours à une approche adaptative pour accueillir les élèves transgenres (trans). L’approche adaptative s’efforce de fournir aux personnels éducatifs des outils pour répondre aux problèmes logistiques qui apparaissent quand les élèves trans demandent à être reconnu.e.s dans leur école. Cette approche adaptative est une étape importante et nécessaire pour les personnels éducatifs qui doivent souvent soutenir les élèves trans dans un contexte culturel et institutionnel qui offre peu de soutien à ces personnels tout comme à ces élèves. Cependant, cette approche n’engage pas de réflexion sur les raisons pour lesquelles les élèves trans sont systématiquement marginalisé.e.s et/ou exclu.e.s dans le milieu scolaire. En conséquence, elle permet rarement de créer des changements durables qui transformeraient les écoles afin de les rendre plus inclusives à la diversité des genres. En m’appuyant sur des entretiens menés pour ma thèse ainsi que sur les situations rencontrées dans le cadre de mon militantisme dans le Conseil scolaire de Vancouver, je présente des exemples qui illustrent ce que peut signifier la remise en cause des modes de pensées et d’actions cisnormatifs qui organisent actuellement le milieu scolaire. J’offre enfin quelques réflexions sur la façon dont ces exemples peuvent être mis en pratique.

Philippe Gagné, Vanier College / Cégep Vanier

Let’s dispel a “huge misconception” As a French-as-a-second-language teacher in Montreal, I use the cultural mediator approach advocated by the European Centre for Modern Languages, which means adopting the role of “an agent duly mandated to resolve a conflict over which the protagonists no longer have any control” (Zarate, Gohard-Radenkovic, Lussier and Penz, 2003). The conflict in question in Quebec is no longer as intensely public as it was between 1960 and 1995. However, intergroup contacts between young Anglophones and Francophones remain infrequent given the segregated education system. Consequently, latent tensions exist that must be confronted to be resolved. Young people who meet during intercultural matching events (Carignan, Deraîche and Guillot, 2015) such as those organized by Vanier College and Cégep de Victoriaville testify to the “huge misconception” that exists between the communities that must be dispelled.

Dissipons un « énorme malentendu » En tant qu’enseignant de français langue seconde à Montréal, j’adopte la posture du médiateur culturel prônée par le Centre européen pour les langues vivantes. Il s’agit de la position « d’un acteur dûment mandaté pour la résolution d’un conflit dont les protagonistes n’ont plus la maîtrise » (Zarate, Gohard-Radenkovic, Lussier et Penz, 2003). Le conflit dont il est question au Québec n’a plus la même intensité publique que dans les années 1960 à 1995. Toutefois, les contacts intergroupes entre jeunes de langue anglaise et jeunes de langue française sont très peu fréquents en raison du système éducatif ségrégué. Par conséquent, des tensions latentes existent et elles doivent être confrontées pour être résolues. Les jeunes qui se rencontrent dans des jumelages interculturels (Carignan, Deraîche et Guillot, 2015) comme ceux que j’organise entre le Cégep Vanier et le Cégep de Victoriaville témoignent d’un « énorme malentendu » entre les communautés qu’il faut dissiper.

Michael Goh, University of Minnesota / Université de Minnesota

Are we capable of civil discourse?: Making the case for cultural intelligence. Managing discomfort, negotiating tensions, and cultivating belonging are encounters rife with complex idiosyncrasies of power, position, personality, culture, identity, and intersectionality. Consequently, these spaces are inherently intercultural and, therefore, requiring of intercultural competence. However, a recent review of intercultural competence scholarship (Leung, Ang, & Tan, 2014) noted that we unpack intercultural competence in at least 300 different ways with 30 models that currently dominate the discourse. Why then is cultural intelligence (CQ; Earley & Ang, 2003) considered by some leading scholars (Triandis, 2008) to be sine qua non for the future of intercultural solutions? In this presentation I will: 1) define and situate CQ in the context of intercultural competence theory and practice; 2) consider moving from comparative to capabilities research; 3) suggest ways in grow CQ capabilities; and 4) offer examples of how CQ can help individuals and institutions to thrive in culturally complex higher education milieus. Co-sponsored by the Vanier College Teachers Association.

Sommes-nous aptes à une conversation civile? : un plaidoyer pour une intelligence culturelle Les situations où nous devons gérer l’inconfort, composer avec des tensions et cultiver l’appartenance sont en proie aux idiosyncrasies complexes liées au pouvoir, au statut, à la personnalité, à la culture, à l’identité et à l’intersectionnalité. Dès lors, ces espaces étant par nature interculturels, des compétences interculturelles s’avèrent nécessaires. Cependant, un examen récent des études sur les compétences interculturelles (Leung, Ang et Tan, 2014) a révélé que nous analysons les compétences interculturelles d’au moins 300 façons différentes à l’aide de 30 modèles qui dominent actuellement le discours. Alors, pourquoi l’intelligence culturelle (quotient culturel ou QC; Earley et Ang, 2003) est-elle considérée par certains chercheurs chefs de file (Triandis, 2008) comme une condition sine qua non pour l’avenir des solutions interculturelles? Dans cette présentation, je compte : 1) définir et situer le QC dans le contexte de la théorie et des pratiques en matière de compétences interculturelles; 2) aborder la possibilité du passage de la recherche comparative à la recherche axée sur les capacités; 3) proposer des moyens pour faire évoluer les capacités en QC et 4) offrir des exemples des façons dont le QC peut aider les personnes et les institutions à s’épanouir dans les milieux d’enseignement supérieur culturellement complexes.

Eve Haque, York University / Université York

Pedagogical Considerations for the Linguistically Diverse Classroom I will focus on issues of linguistic diversity in the classroom and the pedagogical implications of such diversity. Specifically, I want to trace how students who have a non-official language as their first language negotiate and manage their linguistic identities in classrooms which have an official language as the medium of instruction. From a pedagogical perspective, it is critical to understand how language indexes ethnic and racial difference and thereby to recognize that attention to racialization is central to developing anti-oppressive pedagogical practice in the linguistically diverse classroom. I want to end my presentation by discussing some entry points for developing effective anti-oppressive teaching practise that is attentive to pluringual identities in the classroom by thinking about the multivocality of student voice, relational subject positionings when an official language is the classroom medium of instruction, as well as the possibility and limits of empowerment as a strategy for anti-oppressive pedagogy.

Considérations pédagogiques pour une diversité linguistique en classe Ma présentation se concentrera sur les enjeux relatifs à la diversité linguistique en classe et aux répercussions pédagogiques d’une telle diversité. Plus particulièrement, je décrirai comment les étudiants dont la première langue ne fait pas partie des langues officielles négocient et gèrent leur identité linguistique dans un groupe où une langue officielle constitue le véhicule de l’enseignement. D’un point de vue pédagogique, il est indispensable de comprendre comment la langue classe les différences ethniques et raciales et, par conséquent, de reconnaître l’importance de l’attention accordée à la racialisation dans l’élaboration d’une pratique pédagogique antioppressive dans une classe caractérisée par la diversité linguistique. Je terminerai mon exposé en abordant quelques points de départ pour la mise en place d’une pratique efficace d’enseignement antioppressif qui tient compte des identités plurilingues en classe, et ce, en réfléchissant à la multiplicité des voix étudiantes, aux positionnements relationnels des sujets quand une langue officielle sert de véhicule de l’enseignement en classe ainsi qu’aux possibilités et aux limites de l’autonomisation en tant que stratégie pédagogique antioppressive.

The Living Histories Ensemble

Playback Theatre The Living Histories Ensemble performs an improvisational style of theatre known as Playback. In Playback Theatre, audience members are invited to tell personal stories related to the theme of the conference, after which the troupe will “play back” these stories using a variety of improvisational forms and techniques that incorporate sound, words, and movement. This interactive performance provides audience members with a unique method of sharing and processing their personal experiences of the conference in a safe and supporting setting. With Joliane Allaire, Calli Armstrong, Margarita Gutierrez, Solomon Krueger, Laura Mora, Mira Rozenberg, and Alan Wong.

Théâtre Playback Le groupe Living Histories Ensemble présente des pièces de théâtre fondées sur l’improvisation et connues sous le nom de « playback » (reconstitution). Dans le théâtre, le public est d’abord invité à raconter des histoires personnelles sur le thème du colloque. Ensuite, la troupe présente ces histoires en « reconstitution » en faisant appel à un éventail de formes et de techniques d’improvisation qui comprennent des sons, des paroles et des mouvements. Cette production interactive offre au public une méthode unique de communication et d’analyse de leurs expériences personnelles lors de l’événement, dans un contexte sécuritaire et encourageant. Avec Joliane Allaire, Calli Armstrong, Margarita Gutierrez, Solomon Krueger, Laura Mora, Mira Rozenberg, et Alan Wong.

Lance McCready, University of Toronto / Université de Toronto

Where is the Love? How and Why Black Queer Bodies Provoke Masculines Anxiety in Urban Communities and Schools This presentation explores how and why Black queer bodies provoke masculine anxiety in urban communities and schools. It is based on the voices of gay and gender non-conforming Black male young adults living, working, and attending school in Toronto and Montreal. The presentation has three components. In the first component, attendees will learn about the impact of racialized gender-non-conforming bodies in schools. In the second component, attendees will consider the experiences of gay and gender non-conforming Black male students. The third component will allow attendees to reflect on moments when Black queer bodies may have caused them anxiety and think of ways to cope with their anxiety through the use of the arts, which can help to “make space” for diverse masculinities in and out of school.

Où se trouve l’amour? Comment et pourquoi les personnes allosexuelles de race noire suscitent-elles de l’anxiété chez la gent masculine dans les communautés et les écoles des centres urbains Cette présentation explore les mécanismes et les causes de l’anxiété masculine que soulève la présence de personnes allosexuelles de couleur noire dans les communautés et les écoles des grandes villes. L’exposé repose sur les voix de jeunes hommes gais et au genre non conforme de race noire vivant, travaillant et étudiant à Toronto et à Montréal. La présentation se divise en trois volets. Dans le premier, le public en apprendra plus sur l’effet des personnes racialisées au genre non conforme dans les écoles. Le deuxième volet examinera l’expérience des étudiants noirs gais et au genre non conforme. Quant au troisième volet, il offrira au public une occasion de réfléchir aux moments où ils ont éprouvé de l’anxiété en présence de personnes noires allosexuelles et de trouver des façons de gérer leur anxiété à l’aide de l’art, qui peut aider à « faire de la place » pour diverses formes de masculinité à l’école et ailleurs.

M. Ayaz Naseem, Concordia University / Université Concordia

Economics of Religious Education in a Multicultural Society I immigrated to Quebec at a time when the transition from denominational to language based school boards was taking place. Two dimensions of this transition have been particularly important to me: It represented a secular social order pushing “God” out of the classroom; and it highlighted the religious diaspora’s demand for publicly-funded religious education. These dimensions frame my thoughts on the subject of the economics of religious education in multi-faith societies such as Canada. So far, the courts in Quebec and Canada have not touched the constitutional rights accorded to some denominational groups. However, these rights will eventually have to be addressed alongside those of other denominational minorities. My presentation will outline how some of the conflicts arising from this legal discourse of rights have affected the social dynamics of the classroom, as a wider array of students with varying beliefs have entered the public education system.

Économie de l’éducation religieuse dans une société multiculturelle J’ai immigré au Québec à une époque où se déroulait la transition des commissions scolaires confessionnelles vers les commissions scolaires fondées sur la langue. Deux dimensions de cette transition se sont avérées particulièrement importantes pour moi : elle représentait un ordre social laïc qui forçait « Dieu » à sortir des salles de classe et elle mettait en évidence la demande de la diaspora religieuse en éducation financée par les fonds publics. Ces dimensions cadrent mes idées sur l’économie de l’éducation religieuse dans les sociétés à confessions multiples, comme le Canada. Jusqu’à maintenant, les tribunaux du Québec et du Canada n’ont pas touché aux droits constitutionnels accordés à certains groupes confessionnels. Cependant, l’examen de ces droits et de ceux d’autres groupes confessionnels minoritaires finira par s’imposer. Lors de ma présentation, je décrirai brièvement comment certains conflits découlant de ce débat juridique sur les droits ont changé la dynamique sociale en classe, au fur et à mesure qu’un plus grand nombre d’étudiants aux différentes croyances ont intégré le système d’éducation public.

Nicole Neverson, Ryerson University / Université Ryerson

Inhabiting Critical Spaces: Teaching and Learning from the Margins. The 2008-2013 Ryerson University Academic Plan—Shaping Our Future highlights the university’s commitment to “Student engagement, success, and retention.” In the plan, Ryerson identifies its challenges in understanding and serving a diverse student body while delivering services and education that are relevant to the lived experiences of its many demographic groups. This presentation addresses the central tenets of Shaping Our Future via focus group feedback. We convened groups with Ryerson instructors and students and explored: a) pedagogical strategies deployed by marginalized instructors who incorporate critical pedagogies in the classroom; b) how instructors engage sensitive issues such as race, homophobia and disAbility in the classroom; and c) students’ awareness and experience dealing with critical curricula. Results demonstrate how: a) many instructors already actively engage critical pedagogies yet desire greater institutional support to continue doing so; and b) students constantly assess instructor ability to incorporate critical knowledge into the classroom.

Occuper des espaces critiques : l’enseignement et l’apprentissage dans la marge Le plan d’enseignement 2008-2013 de l’Université Ryerson (2008-2013 Ryerson University Academic Plan – Shaping Our Future) souligne l’engagement de l’université envers « la mobilisation, le succès et la fidélisation des étudiants ». Dans ce plan, Ryerson décrit les défis auxquels elle doit faire face pour comprendre les besoins d’un corps étudiant diversifié et lui fournir les services et l’enseignement en fonction du vécu de ses nombreux groupes démographiques. Cette présentation traite des principes essentiels du plan Shaping Our Future à l’aide de la rétroaction de groupes de discussion. Nous avons réuni des groupes composés d’enseignants et d’étudiants de Ryerson afin d’explorer les thèmes suivants : a) les stratégies pédagogiques déployées par les enseignants marginalisés qui intègrent des pédagogies critiques à leur cours, b) les façons dont les enseignants abordent les enjeux délicats, comme la race, l’homophobie et l’invalidité en classe et c) la conscience et l’expérience des étudiants en matière de curriculum critique. Les résultats indiquent comment : a) nombre d’enseignants recourent déjà activement aux pédagogies critiques, mais souhaitent un soutien accru de la part de l’établissement afin de continuer dans cette voie et b) les étudiants évaluent continuellement la capacité des enseignants à intégrer des notions critiques à leur cours.

Bethany Or, Champlain College / Cégep Champlain

Engaging with Diversity in the Classroom: A Reflection on the First Decade As a humanities teacher at Champlain College in St. Lambert, I have often negotiated various divisions and conflicts within my classroom. My courses have dealt with the subjects of cultural diversity, media and ethics, and discussing these topics has required a lot of care, particularly in the context of the past decade of Quebec politics. With my classrooms split between québécois of many different backgrounds, though mostly from French-language high schools, there is no common ground on how ethnic and racial diversity in Quebec ought to be understood. In particular, the lack of widely-used terminology available in French to describe the experiences of marginalized peoples (“people of colour”, “racialized minorities”, “intersectionality”, etc.) has sometimes made it difficult to establish common ground. This, overlaid with the many other forms of diversities, has allowed for rich and textured discussion, though sometimes tense. As one of the few racialized minorities in my department, and originating from outside Quebec, these conversations have both broadened and upset my understanding of how diversity plays out here.

S’engager à l’égard de la diversité en classe : une réflexion sur la première décennie À titre d’enseignante des sciences humaines au Collège Champlain, à Saint-Lambert, j’ai souvent eu à composer avec une multitude de divisions et de conflits dans ma classe. Mes cours portent sur les enjeux relatifs à la diversité culturelle, aux médias et à l’éthique, que j’ai dû aborder avec une attention particulière, surtout dans le contexte politique des dix dernières années au Québec. Vu que mes groupes comportent des Québécois d’origines très différentes, provenant toutefois majoritairement d’écoles secondaires de langue française, il n’existe aucun consensus sur la compréhension de la diversité ethnique et raciale au Québec. Plus précisément, le manque de terminologie d’usage courant en français pour décrire l’expérience des peuples marginalisés (« personnes de couleur », « minorités racialisées », « intersectionnalité », etc.) complique parfois la recherche d’un terrain d’entente. Compte tenu des nombreuses autres formes de diversité qui s’y ajoutent, nous avons pu engager une discussion riche et stimulante, quoique tendue à l’occasion. Étant donné que je fais partie des quelques membres de minorités racialisées du département, venant de l’extérieur du Québec, ces conversations ont à la fois élargi et ébranlé mon interprétation des répercussions de la diversité dans cette province.

Catherine Rouleau, Collège du Vieux Montréal / Cégep du Vieux Montréal

Pedagogy and gender diversity at a French CÉGEP I teach “Identité de sexe et identité de genre” (“Sexual Identity and Gender Identity”) at Cégep du Vieux Montréal, and I am involved in the organization of the Semaine de la diversité sexuelle (Sexual Diversity Week). Moreover, I have hosted a Citizen Café on the feminist issues experienced by Cégep du Vieux-Montréal community, and I’m a member of the comité Femmes intersyndical (Women’s Inter-Union Committee). All the initiatives I’m involved with offer opportunities to reflect on the issues of gender and sexuality in the classroom and the greater college community. For me, issues of gender and sexuality are political issues, so the classroom is a long way from being a neutral space; many heteronormative, cisgender-normative (and ableist) assumptions are often a “blind spot” in everyday pedagogy, and it seems important to make these assumptions visible and avoid them. However, there remains the question of how to go about this. I’m interested in discussing pedagogical practices related to these themes.

La Pédagogie et la diversité de genre dans un cégep francophone J’enseigne le cours Identité de sexe et identité de genre au Cégep du Vieux Montréal et je fais partie de l’organisation de la Semaine sur la diversité sexuelle. De plus, j’ai animé un Café citoyen sur les enjeux féministes dans la communauté du Cégep du Vieux Montréal et je fais partie du comité Femmes intersyndical. Toutes mes implications sont l’occasion de réflexions sur le genre et la sexualité dans l’espace-classe et dans la communauté collégiale. Pour moi, les enjeux de genre et de sexualité sont des enjeux politiques et la classe est loin d’être un espace neutre: plusieurs présupposés hétéronormatifs, cisgenrenormatif (et capacitistes) sont souvent “dans l’angle mort” de la pédagogie de tous les jours et il me semble qu’il importe de rendre visibles ces présupposés et de les éviter. La question est cependant de savoir comment le faire. Je suis intéressée de discuter de pratiques pédagogiques autour de ces themes.

Michelle Smith, Dawson College / Cégep Dawson

Decolonizing College Education: A Métis Perspective

As a Métis educator in the English Cégep system, I am well aware of the adversities Indigenous students face and experience. Finding a sense of place and identity in an institution such as Dawson College is already difficult enough for any young person transitioning into adulthood; for First Nations, Métis, and Inuit youth, that challenge is compounded by a history of colonialism and genocide that has resulted in their invisibilization in Quebec’s educational sector, particularly when they find themselves among the diverse population of descendents of generations of immigrants dating back centuries. Moreover, I, as a Métis teacher, have frequently encountered moments of tension in the classroom with students from non-Indigenous backgrounds, which speaks to the kind of concerns around well-being and personal security that Indigenous people must contend with daily in classrooms across the province. Thus, my presentation will broach the topic of cultural safety and decolonizing strategies at the post-secondary level based on my experiences in and out of the classroom.

Décolonisation de l’enseignement collégial : une perspective métisse À titre d’enseignante métisse dans le réseau des cégeps anglophones, j’ai souvent été témoin des défis auxquels les étudiants autochtones font face et de l’immense courage dont ils font preuve pour entamer leurs études postsecondaires. Lors du passage vers l’âge adulte, il est ardu pour tout jeune de trouver sa place et de définir son identité dans un établissement collégial, mais pour les membres des Premières Nations, les Métis et les Inuits, cette difficulté s’accentue en raison du contexte historique de colonisation et de génocide. De plus, la culture et les politiques institutionnelles ne s’harmonisent pas souvent avec les approches et les pédagogies autochtones. Je ferai part de mon expérience en tant qu’enseignante métisse dans ces circonstances et j’aborderai les stratégies de décolonisation et les parcours vers une sécurité culturelle au niveau postsecondaire.

Gina Thésée, Université du Québec à Montréal

What is the nature of the sense of belonging where damaged citizenship is concerned? Exploring identity/alterity issues in racialization contexts In ethnicization and racialization contexts, the question of types of belonging (plural, diverse, mixed, competing, conflicting, negotiated, selective, reversible, paradoxical, etc.) must take into account the complexity of the dynamics of identity/alterity construction that refer to the body (corporeity), emotions (affectivity), spirit (intellectuality) and soul (spirituality). The concept of “damaged citizenship” (Thésée and Carr, 2016) analyzes the physical, emotional, intellectual and spiritual suffering caused by various forms of racism and felt by isolated individuals with closed-in, racialized identities. The concept also points to the many vulnerabilities that lead to this suffering and that shape their sense of belonging (or not belonging) over the course of their life experiences. The reflection focuses on the impacts of “damaged citizenship” on the sense of belonging to a socio-educational community.

Quelle(s) appartenance(s) pour des citoyennetés blessées? Exploration d’enjeux d’identité/altérité en contextes de racialization En contextes d’ethnicisation et de racialisation, la question des appartenances (plurielles, diverses, métissées, concurrentes, conflictuelles, négociées, sélectives, réversibles, paradoxales, etc.) doit se poser en tenant compte de la complexité des dynamiques de construction de l’identité/altérité qui relèvent à la fois du corps (corporéité), des émotions (affectivité), de l’esprit (intellectualité) et de l’âme (spiritualité). Le concept de « citoyennetés blessées » (Thésée et Carr, 2016) fait l’analyse des souffrances corporelles, émotionnelles, intellectuelles et spirituelles, dues aux divers racismes et vécues dans l’intimité des replis identitaires des personnes racialisées. Le concept rend compte également des multiples vulnérabilités auxquelles donnent lieu ces souffrances et qui façonnent leurs appartenances ou non-appartenances au gré des expériences de vie. La réflexion porte sur les impacts des « citoyennetés blessées » sur les appartenances à une communauté socioéducative.

Jacky Vallée, Vanier College / Cégep Vanier

Not at Odds: Teaching About Sexual Diversity in a Context of Religious Diversity Teaching about sexual diversity in the classroom or being a teacher who is part of a “sexual minority” in a context where students have many different religious and spiritual backgrounds can be tricky. This presentation will address some of those tensions as well as some common misconceptions about religion, gender, and sexuality that arise in classroom contexts. Finally, the current reclaiming of a variety of Indigenous identities that are often referred to as “Two Spirit” in contemporary Indigenous movements will be discussed as an example of how sexuality, gender, and spirituality/religion can be intertwined. Throughout the presentation, we will take into account that religious groups and “sexual minority” groups are not mutually exclusive.

Sans désaccord : enseignement de la diversité sexuelle dans un contexte de diversité religieuse L’enseignement de la diversité sexuelle en classe peut s’avérer ardu, surtout en tant qu’enseignant qui fait partie de la « minorité sexuelle », dans une situation où les étudiants proviennent de différents contextes religieux et spirituels. Cette présentation se penchera sur ces tensions ainsi que sur certains clichés courants de la religion, du genre et de la sexualité qui surgissent en classe. Enfin, la récupération actuelle d’identités autochtones diversifiées, connues sous le nom de « bispirituelles » dans les mouvements autochtones contemporains, servira d’exemple de la façon dont la sexualité, le genre et la spiritualité ou la religion peuvent se chevaucher. Tout au long de la présentation, nous prendrons en considération que les groupes religieux et les groupes de « minorités sexuelles » ne sont pas incompatibles.

Website Feedback