A team of eight Vanier students from a variety of backgrounds have produced the following case studies that are an integral part of this conference. After researchers and educators sitting on a given panel offer their individual presentations, student co-panelists from the research team will read the case study corresponding to the topic of that panel, which all of the panelists will then address.

Huit étudiants du cégep Vanier, de divers horizons, ont préparé les études de cas suivantes qui constituent une partie intégrante du colloque. Après les allocutions individuelles des chercheurs et des enseignants dans chaque table ronde, les membres de la table ronde seront invités à se prononcer sur le cas correspondant à leur thème spécifique.

Case Study 1: Language

Every year, the French Department holds a public speaking competition for students in the introductory French courses, with each class holding its own internal selection process. For the courses you teach, the oral presentation assignment, worth 15% of the final grade, doubles as the selection method for the competition, in that the student with the highest assignment grade would automatically be chosen to compete.

By the mid-point of the current term, the keenest student in your upper-level course appears to be Jacques Bédard, a fluently bilingual teenager from Beauce. Because of the enormous pride he takes in his French Canadian heritage, Jacques decides to assert his Québécois identity by speaking joual during his presentation, which you know the judges will not favour in this particular competition. Still, he appears to be the student to beat, based on the strong presentation he gives on Québécois filmmaker Denys Arcand.

The final student to present is Thomas Gabriel, a Mohawk student from Kahnawake. Thomas wants to earn direct acceptance into McGill’s law program, so he’s been working diligently to achieve high grades in your class. When he gives his presentation on Residential Schools, you are thoroughly impressed; not only is he well prepared, but he also performs with much passion and commitment, and his French, while not flawless, is a vast improvement over anything you’ve heard from him in the past. Consequently, you decide to give Thomas the highest mark in the class, thereby making him the chosen representative for the competition.

After you announce this, however, Thomas declines. When you press him for a reason, he tells you that he doesn’t want to participate in the competition for political reasons, stating that he only made an effort for the grade. You attempt to convince him that participating in the competition could also be a political act, but he isn’t budging. Meanwhile, Jacques is not happy with your decision. He accuses you of “political correctness” in making your decision, stating that “you only chose him because he’s Native. His accent is so Anglo!” How do you respond to this situation?

Étude de cas 1 : Langue

Chaque année, le département du français organise un concours d’art oratoire pour les étudiants suivant des cours de base, dont chacun procède à une sélection interne. Pour les cours que vous donnez, l’exposé oral, qui vaut 15 % de la note finale, sert de critère de sélection au concours. Ainsi, l’étudiant ayant obtenu la note la plus élevée pour ce travail participera automatiquement au concours.

À la mi-session, l’étudiant qui se montre le plus enthousiaste dans votre cours avancé est Jacques Bédard, un adolescent ​​beauceron à l’aise dans les deux langues. Pour souligner la fierté qu’il tire de ses origines canadiennes-françaises, Jacques décide de faire sa présentation en joual, ce qui risque de déplaire aux juges de ce concours en particulier. Cela dit, il semble être l’étudiant le plus fort, selon son exposé solide sur le cinéaste québécois Denys Arcand.

Le dernier présentateur est Thomas Gabriel, un Mohawk de Kahnawake. Thomas veut accéder directement au programme de droit de l’Université McGill, et il a travaillé assidûment pour obtenir de bonnes notes dans votre cours. Son exposé sur les pensionnats vous impressionne profondément : en plus d’être bien préparé, il fait preuve de passion et d’engagement et son français s’est énormément amélioré, même s’il n’est pas encore parfait. Par conséquent, vous décidez d’attribuer la meilleure note à Thomas, qui représentera ainsi le groupe au concours.

Après votre annonce, Thomas décline toutefois votre offre. Quand vous insistez pour connaître le motif de son refus, il explique qu’il ne veut pas participer au concours pour des raisons politiques, car son seul but consistait à obtenir une bonne note. Vous tentez de le convaincre en soutenant que sa participation pourrait constituer un geste politique, mais il persiste. De son côté, Jacques n’est pas satisfait de votre décision. Il vous accuse du « conformisme politique », déclarant que « vous l’avez choisi tout simplement parce qu’il est autochtone. Son accent est tellement anglo! » Comment réagirez-vous dans cette situation?

Case Study 2: Gender and Sexuality

This term in the Physical Education Department, you have been assigned a co-ed Fitness class to teach. During your office hours one day, a student whom you know as Jamal comes to see you. After about a minute of starts and stops, Jamal takes a deep breath and says, “I wanted to let you know that I’m a trans woman,” then asks you to use female pronouns when referring to her and tells you she now goes by Shanice and will be undergoing treatment and surgery over the course of the term. You thank Shanice for sharing this information with you and assure her that you will accommodate and support her needs for the course. She thanks you in return and requests that the other students in the class be made aware of the situation, which you agree to do. Thus, you send out a message to that effect before leaving your office for the weekend.

As you begin setting up for class in the gym on Monday, the students, wearing shorts and t-shirts, start streaming in from the men’s and women’s changerooms. You hear shouting coming through the open door of the women’s changeroom, and turn just in time to see Natalia, a student on the receiving end of social media bullying by a group of male students last year, rushing out of the changeroom, crying, followed closely behind by Shanice, looking very flustered, both still wearing their streets clothes. When Natalia reaches you, she blurts out, “I can’t change with him in there!” Shanice then yells, “Her!” and adds, “You promised me it would be okay! I have a right to be in there!” “I don’t feel safe with him in there!” Natalia replies.

How do you resolve this conflict?

Étude de cas 2 : Genre et sexualité

Cette session, au département d’éducation physique, vous êtes responsable d’un groupe mixte de mise en forme. Pendant vos heures de bureau, un étudiant que vous connaissez au nom de Jamal vient vous voir. Après un moment d’hésitation, Jamal prend une grande respiration et annonce : « Je voulais vous informer que je suis une femme transgenre ». Ensuite, elle vous demande d’utiliser des pronoms féminins en parlant d’elle, vous indiquant qu’elle porte désormais le prénom Shanice et qu’elle subira un traitement et une chirurgie au cours de la session. Vous remerciez Shanice de vous avoir transmis ces renseignements et lui assurez que vous tiendrez compte de ses besoins pendant le cours. Elle vous remercie à son tour et vous demande d’aviser les autres étudiants du groupe de la situation, ce que vous acceptez de faire. Vous envoyez donc un message à ce sujet avant de quitter le bureau pour la fin de semaine.

Lundi, lorsque vous préparez la classe dans le gymnase, les étudiants commencent à sortir des vestiaires en short et en t-shirt. Vous entendez des cris provenant du vestiaire des femmes et vous retournez juste à temps pour voir Natalia, une étudiante ayant vécu de l’intimidation dans les médias sociaux par un groupe d’hommes, l’année précédente, sortir à toute vitesse en pleurant. Shanice la suit de près, dans tous ses états, et les deux portent encore leur tenue de ville. Quand Natalia arrive à vous, elle lâche : « Je ne peux pas me changer avec lui dans le vestiaire! » Shanice hurle : « Elle!, et ajoute : Vous avez promis que tout irait bien! J’ai le droit d’y être! » « Je ne me sens pas en sécurité quand il est là! », répond Natalia.

Comment résolvez-vous ce conflit?

Case Study 3: Culture and Religion

In your “Sociology of Social Movements in Canada” class, students are assigned a group research project in which they must present their findings on the history of a particular social movement as well as describe how it has affected their lives to the rest of class. You give them time on the first day of class to form their groups, after which each group will sign up for a topic. Looking out over the class as they get into groups, you notice that Lindsay Katz and Orly Levin, whom you’ve taught before in Quantitative Methods, form a group with Sue Jones; you know they’ll want to sign up for “The Feminist Movement” as their topic, since Lindsay and Orly founded the Vanier Young Feminists Club last year.

At the end of class, you put out the sign-up sheet. There is a mad scramble as students head directly for the sheet. The first to reach the sheet are a trio of Muslim students: Jasbir Khan, who wears a niqab; and Marie-Claude Gagnon, a Québécoise convert, and Nada Alzeidi, both of whom wear hijabs. They put their names down beside “The Feminist Movement”, then squeeze out of the classroom just as Lindsay, Orly, and Sue arrive at the sheet. An audible curse word escapes Orly’s lips once they notice the topic they wanted is gone.

A month later, the first presentation day has arrived. Up first are Jasbir, Nada, and Marie-Claude. They give a mostly broad overview of the feminist movement in Canada, with particular attention paid to the contribution of women of colour in more recent years. They end their presentation by mentioning how the feminist movement has provided them and other women the freedom to express their beliefs and faiths without persecution. After the class applauds, you ask if there are any questions for the presenters. Lindsay puts up her hand first, so you select her. “It’s funny you should be talking about feminism and freedom,” she begins. “I mean, do you think it’s appropriate for you to present on this topic when Islam makes you cover up your face and head like that? It’s like you’re defending patriarchal values.”

How do you address this situation?

Étude de cas 3 : Culture et religion

Dans votre cours « Sociologie des mouvements sociaux au Canada », vous confiez aux étudiants un projet d’équipe, lors duquel ils doivent présenter les résultats de leurs recherches sur l’histoire d’un mouvement social précis au reste du groupe en décrivant son incidence sur leur vie. Pendant le premier cours, vous leur accordez du temps pour former les équipes et choisir leur sujet. En observant le groupe qui se divise en petites équipes, vous remarquez que Lindsay Katz et Orly Levin, que vous avez connues à votre cours des méthodes quantitatives, font équipe avec Sue Jones. Vous devinez qu’elles aimeraient opter pour « le mouvement féministe », car Lindsay et Orly ont fondé le Club des jeunes féministes du Cégep Vanier, l’année dernière.

À la fin du cours, vous affichez la feuille d’inscription. Les étudiants s’y précipitent. Les premières à l’atteindre sont trois étudiantes musulmanes : Jasbir Khan, qui porte un niqab, ainsi que Marie-Claude Gagnon, une convertie québécoise, et Nada Alzeidi, qui portent un hijab. Elles inscrivent leur nom à côté du « mouvement féministe » et se faufilent à l’extérieur de la classe juste avant que Lindsay, Orly et Sue atteignent la feuille. Un juron audible s’échappe des lèvres d’Orly lorsqu’elle remarque que leur sujet de prédilection est déjà pris.

Un mois plus tard, les exposés commencent. Les premières présentatrices sont Jasbir, Nada et Marie-Claude. Elles donnent un aperçu assez général du mouvement féministe au Canada, en mettant l’accent sur la contribution des femmes de couleur au cours des dernières années. Elles terminent en mentionnant que le mouvement féministe leur a permis d’exprimer librement leurs croyances et leur foi sans craindre la persécution. Après les applaudissements, vous invitez les étudiants à poser des questions à l’équipe. Lindsay ayant levé la main en premier, vous lui donnez la parole. « C’est drôle que vous parliez du féminisme et de la liberté, commence-t-elle. Je me demande si c’est pertinent que vous présentiez ce sujet, alors que l’islam vous oblige à vous couvrir le visage et la tête. C’est comme si vous défendiez les valeurs patriarcales. »

Comment gérez-vous cette situation?

Case Study 4: Race and Ethnicity

On the first day of your Humanities class for the Fall Term, you begin the session with an icebreaker exercise that requires your students to pair off and briefly interview each other about their backgrounds and interests, after which they will introduce their respective partners to the rest of the class.

One pairing includes two students whom you have taught in previous courses: Demetria Pachiadakis, a young, half-Greek, half-Japanese woman in the Communications program; and Costa Eliopoulos, a Greek immigrant in his late thirties looking to gain Canadian certification in Architectural Technology. As the students interview each other, you notice Demetria and Costa engaged in a rather heated discussion. You approach them and ask if there is a problem, and both quietly say “No.”

After about ten minutes, you ask the class to stop the interviews and start introducing their partners to the class. Five minutes later, it is Demetria and Costa’s turn. Demetria goes first, stating her partner’s name and program; when she mentions that “Costa is a new Canadian who recently emigrated from Greece,” however, he interjects gruffly with “Greek, not Canadian.” Following a momentary awkward pause, Costa begins his introduction of Demetria, relaying the same basic details about her name and program. He ends by announcing that Demetria is Japanese Canadian, to which she adds, “and Greek.” Costa rolls his eyes and says, dismissively, “Whatever—you don’t even look Greek.” Demetria looks visibly upset. How do you address this situation?

Étude de cas 4 : Race et origine ethnique

À la session d’automne, vous commencez votre premier cours de sciences humaines par une activité brise-glace, qui oblige vos étudiants à travailler en équipe de deux pour se poser des questions sur leur bagage et leurs intérêts. Ensuite, ils présenteront leur partenaire au reste du groupe.

Une paire se compose de deux étudiants que vous avez déjà côtoyés à d’autres cours : Demetria Pachiadakis, une jeune femme gréco-japonaise du programme des communications, et Costa Eliopoulos, un immigrant grec dans la fin de la trentaine qui cherche à obtenir un certificat en technologie architecturale au Canada. Lors des entretiens, vous remarquez que la discussion entre Demetria et Costa semble s’enflammer. Quand vous vous approchez pour demander s’il y a un problème, les deux répondent « non ».

Après environ 10 minutes, vous invitez les étudiants à terminer les entrevues et à entamer les présentations devant le groupe. Cinq minutes plus tard, c’est le tour de Demetria et de Costa. Demetria commence, indiquant le nom et le programme de son partenaire. Lorsqu’elle mentionne que « Costa est un nouveau Canadien qui a récemment émigré de Grèce », il l’interrompt d’un ton bourru pour préciser : « Un Grec, pas un Canadien ». Au bout d’un bref moment de malaise, Costa entreprend sa présentation de Demetria, communiquant les mêmes renseignements de base sur son nom et son programme. Lorsqu’il conclut en déclarant que Demetria est une Canado-Japonaise, elle réplique « et Grecque ». Costa roule des yeux et riposte, d’un ton condescendant : « Si c’est ce que tu dis – tu n’as même pas l’air d’une Grecque ». De toute évidence, Demetria est vexée. Comment réglerez-vous cette situation?

Website Feedback